Le Palais Gresham, avec son emplacement exceptionnel surplombant le Pont des chaînes, en est certainement l'exemple le plus frappant. Dessiné par Zsigmond Quittner et József Vagó et construit en 1908 pour la compagnie d'assurance londonienne Gresham Life, ce joyau de l'Art nouveau richement décoré abritait également à l'époque quelques luxueux appartements.

Le bâtiment a connu une histoire tumultueuse – puisqu'il a accueilli un cabaret interlope avant la guerre – jusqu'au départ de la compagnie d'assurance dans les années 1990. Le groupe hôtelier canadien Four Seasons s'en est alors porté acquéreur et, en suivant les plans originaux, le bâtiment a été transformé en un hôtel de luxe. Aujourd'hui, deux millions de carreaux de mosaïques, de splendides vitraux et un chandelier monumental de la cristallerie Preciosa accueillent les visiteurs dans le hall. Un café élégant, un restaurant raffiné et un excellent bar à cocktails leur assurent par ailleurs de superbes moments de détente. À l'étage, l'hôtel accueille un spa panoramique.

Tout aussi impressionnant et également situé à proximité du Danube, l'hôtel Párisi Udvar est le fruit d'une rénovation plus récente, puisqu'il a ouvert ses portes en 2019 au sein de la prestigieuse collection d'hôtels Unbound by Hyatt. Dessiné par l'architecte Mihály Pollack, à qui l'on doit également le Musée national hongrois, et construit 200 ans plus tôt pour héberger le siège d'une banque, le Párisi Udvar a échappé à la démolition après le rapide développement qu'a connu la ville dans les années 1890. À partir de 1909, l'architecte Henrik Schmahl a construit la Downtown Savings Bank, s'approvisionnant en carreaux décoratifs auprès de Villeroy & Boch à Saarland.

L'intérieur, de style gothico-mauresque, a par la suite été utilisé comme bureau de la compagnie de transport d'état IBUSZ, et comme café glacier. L'arcade est ensuite restée fermée pendant de longues années, avant d'être reprise par le Mellow Mood Group, qui possède déjà l'hôtel Buddha Bar dans le Palais Klotild voisin. Les architectes du studio Archikon sont alors passés à l'action. Ils ont remplacé les carreaux Villeroy & Boch d'origine, et ont fait du lieu un nouveau joyau architectural de Budapest, écrin de superbes vitraux et de pièces en fonte et en acajou, et dont la cour intérieure couverte accueille un hall monumental.

Au cœur du VIIe arrondissement, l'Hôtel Continental Budapest est un autre exemple de reconversion, cette fois de bains thermaux ouverts jusque dans les années 1920. L'histoire de ces bains remonte au siècle précédent, quand le négociant en soie András Gamperl découvrit sur le site des sources d'eaux riches en minéraux. Les bains ouvrirent en 1827, mais Gamperl perdit tout lors de l'inondation de 1838. Des habitants du quartier créèrent alors les bains Hungária, qui furent complétés par des chambres d'hôte, un hall à colonnade accueillant une piscine et un dôme en verre, avant de devenir des appartements de style Art déco.

Des éléments Art nouveau vinrent également embellir un cinéma, transformé par la suite en théâtre. Aujourd'hui, ce bâtiment, dont la façade originale a été superbement rénovée, accueille un splendide hôtel 4 étoiles, le très réputé restaurant ARAZ ainsi que l'un des meilleurs spas de la ville.

Divisé en quatre ailes (Classique, Jazz, Opéra et Contemporaine) l'Hôtel Aria tout proche de la Basilique a mis la musique au cœur de sa décoration intérieure, notamment avec un clavier extravagant qui parcourt le sol et qui s'élève dans les airs dans sa somptueuse salle de musique. Sur son toit, et à la même hauteur que le dôme de la Basilique, le HighNote SkyBar est l'endroit idéal pour déguster d'excellents cocktails. La star de l'architecture Zoltán Varró a su élégamment combiner le verre Murano aux briques originales de l'ancien palais du 19e qui se trouvait jadis à cet endroit.

Varró a également travaillé sur le projet du Mystery Hotel, qui hébergeait à l'origine une loge franc-maçonne dont l'histoire remonte à 1886. À l'époque se réunissaient en ce lieu les 11 000 membres de la Grande loge symbolique hongroise, parmi lesquels les personnalités les plus influentes de la Belle Époque. Au cours de la Première Guerre mondiale, le bâtiment a accueilli un hôpital militaire, avant la fermeture de la Loge. Pour Varró, le Grand Sanctuaire situé au quatrième étage, avec l'église, l'atelier et les partitions ont représenté le plus grand défi en termes d'agencement et de décoration. Désormais, les clients de l'hôtel s'y retrouvent l'après-midi pour déguster quelques douceurs sous un grand chandelier. Ailleurs, des colonnes doriques apportent une touche classique aux illusions d'optique et aux trompe-l'œil que Varró a disséminés au sein de ce temple du luxe.

les endroits où aller

Découvrir
Budapest